En Exclusivité en France

Straker et La Vallée Village

Straker fait pour la première fois son entrée à Paris avec la campagne “Let Yourself Glow” de La Vallée Village.

Le Village se dévoile

L'audace de la rentrée souffle sur Le Village qui s’habille de lumières néon avec une installation signée par le street artiste Straker "Muralist" qui s’expose pour la première fois en France. Après avoir exprimé son art dans les rues de New York et Hong Kong, c’est à La Vallée Village que l’artiste australien pose ses valises débordantes de dynamisme et d'optimisme. Vitrines, façades, oeuvres d’art en trompe-l’œil… Les créations de ce jeune australien s’emparent du Village.

STRAKER

Biographie de l’artiste

Né à Perth, en Australie, en 1981 et ayant grandi dans la ville la plus isolée du monde, Straker, loin de suivre les itinéraires artistiques les plus traditionnels, s’est forgé son propre parcours dans l’univers de l’art, en puisant l’inspiration auprès de graffeurs new-yorkais ayant créé des décennies auparavant un mouvement qui allait changer le visage de chacune des métropoles de la planète.

Il remplaça ses devoirs de lycéen par des explorations urbaines et, travaillant sous divers pseudonymes, il peignit des œuvres complexes composées de lettres dans des lieux importants et dans l’obscurité, à l’aide de son outil favori : l’aérosol.

Comme dans un jeu du chat et de la souris avec les autorités, la plupart des milliers de peintures créées à partir de 1996 furent supprimées dans les 24 heures, avec pour seule preuve de leur existence une photo prise par l’artiste le jour suivant leur réalisation.

Célèbre pour sa large variété de styles de peinture et de sujets abordés, Straker a toujours eu pour objectif de repousser les limites de ce qui pouvait être réalisé avec un modeste aérosol. C’est ainsi qu’après deux décennies d’expérimentations et de pratique dans le domaine, il consolida sa place dans histoire de l’art du spray.

Passionné par les enseignes néon depuis son enfance et manquant de moyens financiers et techniques pour en fabriquer une, il eut l’excellente idée d’utiliser ses compétences artistiques pour en créer l’illusion. Cette innovation devint la signature « néon » de Straker, une sorte de conception moderne du traditionnel trompe-l’œil mural.

Du mur de séparation de Palestine aux gratte-ciel de Hong Kong en passant par les quais du métro new-yorkais, les œuvres néon de Straker ont orné des sites du monde entier, créant récemment la plus grande peinture murale d’Australie, une fresque paysagère de 500 mètres de long.

L’artiste fait pour la première fois son entrée à Paris avec la campagne “Let Yourself Glow” de La Vallée Village, qui célèbre la mode et la vie à travers un style qui rend hommage à l’enseigne néon et au trompe-l’œil.